Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 18 juillet 2016

Mon père, vétérinaire rural

Numériser.jpegMon père était vétérinaire rural, il a exercé seul durant toute sa carrière. Pour sa génération il n'y avait pas encore d'associations et les premières cliniques vétérinaires commençaient à apparaître en ville.

Il s'est installé en 1943 dans le village de son enfance en Haute-Savoie. C'était encore un petit village. Il ne soignait pas les chiens et encore moins les chats. Quand un chien était trop vieux ou malade on l'achevait d'un coup de fusil. Mon père aimait énormément son travail surtout pour la relation avec les paysans qu'il conseillait pour l'élevage, l'agriculture et même l'éducation des enfants.

Pendant les vacances scolaires il nous emmenait dans ses tournées, ma soeur et moi.

Je me souviens plus particulièrement de l'hiver, de l'ambiance chaude de l'étable quand il gelait dehors. Les mamelles gonflées des vaches me fascinaient comme la dextérité des doigts de la fermière qui faisait gicler le lait car la traite se faisait encore à la main.

Mon père s'attardait toujours avant de prendre congé, buvant un café ou un verre de sirop de cassis l'été.

Une fois il lui est arrivé de sauver un nourrisson. Les paysans, préoccupés par l'état de leur vache, n'avaient pas vu que le bébé se déshydratait et risquait la mort. Mon père les avait alertés et conduits chez le médecin. Mais  il y avait des visites que je redoutais, c'était celles à l'abattoir où il contrôlait la viande. C'était froid, nu et ça sentait le sang. Une fois j'avais failli vomir à la vue de viscères accumulés dans un coin à même le sol. J'étais partie en courant et mon père m'avait traitée de petite nature. En revanche je n'ai jamais assisté à des castrations de taureaux, c'était réservé à mes frères.

Mon père travaillait tout le temps, il faisait des visites même le dimanche sauf à l'heure de la messe qui était sacrée, autant pour lui que pour ses clients. Il ne prenait jamais de vacances. L'été il avait un peu de temps libre l'après-midi quand les paysans étaient dans leurs champs. Le travail arrivait le soir, à l'heure de traire on découvrait qu'une vache n'allait pas bien ou se préparait à véler difficilement. Mais l'après-midi nous allions nous baigner au lac puisque nous habitions  près du lac Léman.

C'est ma mère qui tenait comptes et registres et passaient les commandes pour les médicaments. Car le vétérinaire est aussi pharmacien. Ma mère vendait les médicaments les plus courants que les clients connaissaient et réclamaient comme celui pour la mammite, cette infection de la mamelle -on disait les trayons- fréquente chez les vaches laitières. Les clients venaient à la maison, dans le bureau, pièce qui bénéficiait d'une entrée indépendante. Mais pas question pour ma mère de tenir un chien si d'aventure une estivante venait faire soigner le sien. Elle avait peur des animaux et les exécrait, mon père devait se débrouiller seul.

Le plus difficile pour lui c'était quand même les vélages de nuit. Mon père était un gros dormeur et quand il devait partir dans la nuit d'hiver véler une vache en montagne, quelle épreuve...la sonnerie du téléphone ou de la porte me réveillait et je l'entendais râler , ma mère l'accompagnant de paroles apaisantes.

Le vétérinaire était à cette époque un personnage important comme l'instituteur et le curé. De lui dépendait la subsistance d'une famille. Perdre une vache bonne laitière et en capacité de se reproduire pouvait entraîner la pauvreté.

 

 

Commentaires

Chez nous aussi, on disait « trayons ». Et la traite se faisait à la main.

Écrit par : Choubine | jeudi, 21 juillet 2016

Je sais Choubine pour les trayons. Je pensais que c'était savoyard mais en faisant une recherche sur Internet j'ai vu que c'était également québécois.

Écrit par : Rosa | jeudi, 21 juillet 2016

ce n'était pas mon père, mais mon oncle qui possédait des vaches ; je me souviens du bol qu'on présentait sous le pis pour avoir notre lait tout chaud, tout crémeux jusqu'à l'été de l'arrivée de la trayeuse électrique et de la coop laitière qui raflait tout !

Écrit par : anne | jeudi, 21 juillet 2016

Je ne saurais pas dater exactement l'arrivée des trayeuses électriques... Comme tu es plus jeune que moi, je dirais années 60 ?

Écrit par : Rosa | dimanche, 24 juillet 2016

en région parisienne où j'ai toujours habité (à 50 kms de Paris c'est la campagne), on disait aussi "trayons" et ce que tu racontes me parle. La ferme était tenue par des cousins et ma soeur et moi y avons passé les plus beaux moments de notre enfance, entre vaches, cochons (qui me faisaient peur) et basse cour.... c'est vrai qu'on voyait de temps en temps le vétérinaire et là c'était signe que quelque chose ne se passait pas comme prévu.....

Écrit par : Organza | lundi, 25 juillet 2016

Une vie difficile, toute dévouée à la clientèle....

Écrit par : elisabeth | lundi, 14 novembre 2016

Les commentaires sont fermés.