Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 08 août 2014

Terrasse de Saint-Bonaventure

Lyon, France.jpgCet été, pour ceux qui restent à Lyon, le sanctuaire de Saint-Bonaventure organise ses terrasses pour la seconde année tous les jeudis à 20 heures. Intéressant et sympathique. J'ai eu le plaisir d'animer hier une rencontre autour des poètes lyonnais dont Louis Calaferte et Pierre Autin-Grenier.

Un texte de chacun d'eux.

 Simple

Un caillou, un bout de bois, un morceau de ficelle… Il écrit tout ça sur une feuille de papier qu'il faut bien dire d'une blancheur impressionnante. Il ajoute un chien mouillé aussi ; un verre vide, une calebasse emplie de citrons posée sur un coin de la table de marbre...

Moins blanche la page maintenant. Déjà noircie au tiers (l'écriture est généreuse) par ces mots, si simples.

Alors levant les yeux vers les yeux de celui qui lisait, intrigué par-dessus son épaule, il dit humblement : "ça n'est que ça la poésie." Et l'autre, surpris, lui parle alors d'où il vient : un pays de cailloux. Lui parle de bouts de bois et morceaux de ficelle avec lesquels il fabriquait, jadis, les jouets de son enfance...

Les verres ne restent pas vides longtemps quand on cause ainsi des choses de tous les jours. Tout le monde a aimé aussi un chien mouillé, une fois au moins dans sa vie. Mais certains, par pudeur, n'en disent rien. C'est pour ceux-là - qu'ils osent enfin parler - que le poète écrit parfois un poème. Très simplement. Pour des gens comme lui en sommes, simples.

"Patron ! Remettez-moi ça !"

Pierre Autin-Grenier

"Jours anciens"

 

Un matin transparent.

L'ombre bleue d'un arbre.

Une lune blanche.

Une rose rouge.

Une rose jaune.

Une rose jaune.

Une rose rose.

Un visage de femme.

Un verre d'eau glacée.

Un livre vingt fois relu.

Une maison calme et tiède.

Une joue d'enfant ronde.

Et tout ce qui est beau.

Et pur.

Et émouvant.

Et tout ce qui fait de moi un homme de foi debout dans la Vie.

 

Louis Calaferte

"L'homme vivant."

mercredi, 11 juin 2014

Du virtuel à la vraie vie...

L'événement de ce mois de juin est ma rencontre prévue avec deux amis blogueurs : Alsa et Doume.

Une amitié virtuelle de six ou sept ans qui va s'inscrire dans la vie réelle. Nous partons demain en Alsace et nous penserons bien à vous amis blogueurs...

samedi, 12 avril 2014

Adieu Pierre

L'ami poète, Pierre Autin Grenier dont j'ai souvent parlé sur ce blogue est décédé ce samedi 12 avril. Je suis encore dans l'émotion même si cette mort était prévisible. Je lui consacrerai donc une note plus tard...

"Mourir ne dure jamais très longtemps, vivre, guère plus.(...) 

On mène ainsi une vie à grands coups de galoches, ignorant des heures les plus précieuses minutes et que trahir s'avance au moindre souffle des vents. Jeunesse dure, mon amour, l'instant d'un incendie de poubelles ! 

On se retrouvera bientôt ventru à jouer au billard sous les lumières blafardes d'un bistrot de banlieue, avec pour habitude l'aube et ses poivrots apeurés. Chaque matin la mer te prendra dans ses bras avec ses nouveaux vertiges ; il me faudra cesser de fumer...

Enfin un jour tout tremble, la vie elle-même s'inquiète et pour un rien on prendrait froid aux pieds. A petits gestes froissés on court encore vers quelque chose bien sûr, mais déjà les oiseaux dans les arbres et leurs plumes vous laissent indifférents. La mémoire rend méconnaissables les anciens secrets, on meurt de son vivant. Alors vient un soir formidable où l'on s'endort, du sang plein les yeux.

Et pourtant : jamais sais-tu, personne de ceux que j'ai aimés n'est mort."

Jours anciens

2003

1536464_666955033353263_1946664464648699594_n.jpg

dimanche, 06 avril 2014

Les années passent !

Il fut un temps, les premiers temps de ce blogue, où un groupe de jeunes enseignants me ravissaient par leur publications : c'était la bande de Myster. Ils ont disparu vers d'autres cieux du web... 

Je retrouve parfois Naturella, l'un des sourires du groupe.

Professeure des écoles, elle a récemment publié sur FB cette anecdote que je trouve particulièrement savoureuse.

Ce n'est pas un hasard si je vous la livre aujourd'hui, jour de mon anniversaire.

C'est vrai qu'à 40 ans j'étais déjà une "vieille prof" donc que dire à plus de 60...

"Dans ma classe, Olivia a commencé sa rédaction : "une très vieille dame âgée de 42 ans traversait la route...". 

Quand elle a vu ma tête à la lecture de sa production, 
elle a dit "ouh là, maîtresse, je vais peut-être enlever le 'très' ..." 
é_è"

 

mercredi, 26 mars 2014

La Chine à Lyon

Mon quartier est bouclé,  ce matin il est impossible de circuler en voiture et même  à pieds. C'est l'affaire de quelques heures... Une jeune fille, devant moi, est parvenue à attendrir les CRS car elle disait avoir un examen à  passer. Elle était au bord de la crise de nerfs... Les policiers se sont laissés attendrir mais il m'a semblé qu'elle aurait pu prendre ses dispositions. Pour moi qui allait  acheter mon pain mais surtout  faire le badaud, pas question d'ouvrir une barrière. Je ne verrai donc pas le président chinois...

Cette visite suscite des critiques comme chaque échange entre la France et la Chine. Pourtant il faut se rappeler : quand De Gaulle, il y a cinquante ans,  a été le premier chef d'Etat occidental à reconnaître la Chine il l'a fait au temps de Mao et de ses répressions sanguinaires. 

Tout le monde avait vu alors en lui un visionnaire.

Mais c'était De Gaulle...

"Les moyens de la Chine sont virtuellement immenses. Il n'est pas exclu qu'elle redevienne au siècle prochain (1) la plus grande puissance de l'Univers. Si nos chefs d'entreprise ne sont pas trop idiots, ils devraient en profiter pour nouer des liens qui leur rapporteront dix ou cinquante fois plus qu'ils n'auront dépensé."

Charles de Gaulle 

1/ siècle prochain, l'actuel...

mardi, 25 mars 2014

Le président chinois à Lyon

CDP_6191.jpg

Demain, le président chinois visitera la résidence universitaire André Allix résidence universitaire à côté de chez moi, où se trouvait dans les années 20 l'Institut Franco-chinois. Les caractères chinois de l'entrée ont été redorés pour la circonstance. Cette résidence   accueillit dans les années 20/30 de nombreux étudiants chinois qui suivaient à Lyon  des études supérieures de haut niveau, en particulier dans le domaine scientifique. De nombreux futurs chefs de la Révolution chinoise se sont formés ici.. Les relations entre Lyon et la Chine sont anciennes, les villes étant liées par le travail de la soie.

Un grand témoin de cette époque et de cette Histoire a été mon amie Danièle Li dont j'ai déjà parlé.

Je sais qu'il y a beaucoup à dire sur la dictature chinoise mais ce pays connaîtra sans doute un jour une forme de démocratie : quand ses habitants  l'auront décidé et comme ils l'auront décidé.

Souvenez-vous des JO à Pékin en 2008

en France, le grand pourfendeur de la dictature chinoise était Robert Ménard, alors président de Reporters sans frontières. Aujourd'hui

notre grand défenseur des Droits de l'homme 

est en passe de devenir maire sous l'étiquette Front National.

Si la Chine vient investir en France, et en particulier à Lyon, ça me dérange moins que les investissements du Quatar.

 

fort_saint_irenee_1457.jpg

L'Institut Franco-chinois

devenu résidence universitaire André Allix

qui héberge également l'ENSATT.

 

lundi, 17 mars 2014

Et si le blogue était un truc de vieux ?

Vous allez dire que je m'interroge beaucoup, trop peut-être sur la raison d'être, l'évolution, le devenir de nos blogues.

D'abord je m'interroge beaucoup, et sur tout.

Le blogue a tenu, tient encore, une place importante dans ma vie.

Mais je dois reconnaître que mes objectifs de départ sont complètement dépassés. J'ai ouvert ce blogue au début de ma retraite pour continuer autrement le dialogue que j'avais pratiqué avec les jeunes générations quand j'étais enseignante.

Le passage de témoin, en quelque sorte.

Au début j'ai en effet rencontré de jeunes blogueurs... Je les recherchais dans la blogosphère. Pas des adolescents car ils  avaient déjà délaissé les blogues après en avoir fait le succès. Les jeunes blogueurs ont eux aussi  ont disparu. 

Tout se passe comme si les jeunes générations abandonnaient les applications d'internet quand les vieux les investissent.

J'ai lu récemment que les adolescents se détournaient de  FB parce que leurs parents y étaient devenus trop présents et utilisaient  des applications nouvelles dont je n'ai même pas retenu le nom.

Il ne faut donc pas compter sur internet pour les rencontres intergénérationnelles.

Mais finalement peu importe, on y retrouve finalement des amis avec lesquels on a des affinités : n'est-ce pas l'essentiel ?

J'ai donc supprimé,  la mort dans l'âme, ma description initiale et la phrase de Rutebeuf

"Ieunes et vieulx soyons tous d'ung accort" Rutebeuf.

Blogue d'une passeuse entre générations.