Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 26 mars 2014

La Chine à Lyon

Mon quartier est bouclé,  ce matin il est impossible de circuler en voiture et même  à pieds. C'est l'affaire de quelques heures... Une jeune fille, devant moi, est parvenue à attendrir les CRS car elle disait avoir un examen à  passer. Elle était au bord de la crise de nerfs... Les policiers se sont laissés attendrir mais il m'a semblé qu'elle aurait pu prendre ses dispositions. Pour moi qui allait  acheter mon pain mais surtout  faire le badaud, pas question d'ouvrir une barrière. Je ne verrai donc pas le président chinois...

Cette visite suscite des critiques comme chaque échange entre la France et la Chine. Pourtant il faut se rappeler : quand De Gaulle, il y a cinquante ans,  a été le premier chef d'Etat occidental à reconnaître la Chine il l'a fait au temps de Mao et de ses répressions sanguinaires. 

Tout le monde avait vu alors en lui un visionnaire.

Mais c'était De Gaulle...

"Les moyens de la Chine sont virtuellement immenses. Il n'est pas exclu qu'elle redevienne au siècle prochain (1) la plus grande puissance de l'Univers. Si nos chefs d'entreprise ne sont pas trop idiots, ils devraient en profiter pour nouer des liens qui leur rapporteront dix ou cinquante fois plus qu'ils n'auront dépensé."

Charles de Gaulle 

1/ siècle prochain, l'actuel...

mardi, 25 mars 2014

Le président chinois à Lyon

CDP_6191.jpg

Demain, le président chinois visitera la résidence universitaire André Allix résidence universitaire à côté de chez moi, où se trouvait dans les années 20 l'Institut Franco-chinois. Les caractères chinois de l'entrée ont été redorés pour la circonstance. Cette résidence   accueillit dans les années 20/30 de nombreux étudiants chinois qui suivaient à Lyon  des études supérieures de haut niveau, en particulier dans le domaine scientifique. De nombreux futurs chefs de la Révolution chinoise se sont formés ici.. Les relations entre Lyon et la Chine sont anciennes, les villes étant liées par le travail de la soie.

Un grand témoin de cette époque et de cette Histoire a été mon amie Danièle Li dont j'ai déjà parlé.

Je sais qu'il y a beaucoup à dire sur la dictature chinoise mais ce pays connaîtra sans doute un jour une forme de démocratie : quand ses habitants  l'auront décidé et comme ils l'auront décidé.

Souvenez-vous des JO à Pékin en 2008

en France, le grand pourfendeur de la dictature chinoise était Robert Ménard, alors président de Reporters sans frontières. Aujourd'hui

notre grand défenseur des Droits de l'homme 

est en passe de devenir maire sous l'étiquette Front National.

Si la Chine vient investir en France, et en particulier à Lyon, ça me dérange moins que les investissements du Quatar.

 

fort_saint_irenee_1457.jpg

L'Institut Franco-chinois

devenu résidence universitaire André Allix

qui héberge également l'ENSATT.

 

lundi, 17 mars 2014

Et si le blogue était un truc de vieux ?

Vous allez dire que je m'interroge beaucoup, trop peut-être sur la raison d'être, l'évolution, le devenir de nos blogues.

D'abord je m'interroge beaucoup, et sur tout.

Le blogue a tenu, tient encore, une place importante dans ma vie.

Mais je dois reconnaître que mes objectifs de départ sont complètement dépassés. J'ai ouvert ce blogue au début de ma retraite pour continuer autrement le dialogue que j'avais pratiqué avec les jeunes générations quand j'étais enseignante.

Le passage de témoin, en quelque sorte.

Au début j'ai en effet rencontré de jeunes blogueurs... Je les recherchais dans la blogosphère. Pas des adolescents car ils  avaient déjà délaissé les blogues après en avoir fait le succès. Les jeunes blogueurs ont eux aussi  ont disparu. 

Tout se passe comme si les jeunes générations abandonnaient les applications d'internet quand les vieux les investissent.

J'ai lu récemment que les adolescents se détournaient de  FB parce que leurs parents y étaient devenus trop présents et utilisaient  des applications nouvelles dont je n'ai même pas retenu le nom.

Il ne faut donc pas compter sur internet pour les rencontres intergénérationnelles.

Mais finalement peu importe, on y retrouve finalement des amis avec lesquels on a des affinités : n'est-ce pas l'essentiel ?

J'ai donc supprimé,  la mort dans l'âme, ma description initiale et la phrase de Rutebeuf

"Ieunes et vieulx soyons tous d'ung accort" Rutebeuf.

Blogue d'une passeuse entre générations. 

samedi, 15 mars 2014

Où est passé le nain jaune ?

Retour d'une semaine en Haute-Savoie et en famille... Famille élargie d'ailleurs, huit enfants pour sept adultes. 

Du ski bien sûr -plus pour moi !- mais aussi de "l'avant" et de "l'après" ski... Jusqu'à cette année, l'occupation de ces temps était assez rituelle : un peu de devoirs scolaires, à doses homéopathiques, les douches et surtout les jeux de société.

Aux dernières vacances passées ensemble, à Toussaint ce n'est pas vieux,  le jeu de société qui avait triomphé était le nain jaune. Jeu ancien et intergénérationnel, inventé en Lorraine en 1760.

Cette année, plus de nain jaune ni d'autres jeux de société d'ailleurs. 

Si  les parents ont sauvegardé les séances scolaires, les jeux de société ont été remplacés par les "tablettes" dans les chambres. Certes tranquillité pour les parents auxquels, nous, les vieux, nous ne nous sommes bien gardés de faire des remarques, mais

quelle tristesse ! 

280px-Nain_jaune.jpg

dimanche, 09 mars 2014

Du blogue, mes blogues, nos blogues...

Je déserte ma blogosphère et je l'ai déjà dit.

J'ai l'impression parfois que la communauté qui s'était créée s'est en partie dispersée... J'ai participé à l'exode, je le regrette et pourtant...

... et pourtant : j'en suis à la création de mon huitième blogue.

Ce petit dernier, est réservé à un groupe d'amis que je ne connais pas pour la plupart... Un de mes amis très proches, en voyage en Inde avec son épouse, a fait un AVC à Goa, juste avant de reprendre l'avion. Désarroi de son épouse qui s'est retrouvée seule à faire face, rejointe quelques jours plus tard par un de ses fils. Les deux  fils, en France, ont été submergés d'appels téléphoniques et de courriels. Le blogue a donc permis de réunir tous ceux qui s'inquiétaient de la santé de Serge, toujours dans le coma, de transmettre des nouvelles plus facilement qu'individuellement.

Les blogues sont les témoins de nos tranches de vie : ainsi celui des Xanthines que je n'ai pas eu à coeur de supprimer et qui traîne encore quelque part...

J'en ai deux chez un autre hébergeur dont j'ai oublié jusqu'au code d'accès.

J'ai créé celui de mon ami poète, Bernard Lacroix mais c'est ma soeur qui le fait vivre.

Je voudrais insister sur l'intérêt des blogues familiaux dont j'ai déjà parlé. Quand une famille, surtout nombreuse, est dispersée, le blogue devient "une maison de famille virtuelle" -formule de ma soeur- qui permet de se retrouver et d'échanger sur plusieurs générations.

Mais c'est piégeux.

On peut s'engueuler autour d'une table après un repas bien arrosé, cela ne laisse pas de traces...

Il n'en est pas de même avec l'écrit.

Surtout quand on s'exprime de manière approximative dans le genre "je me comprends, je n'avais pas voulu dire ça." Là, ça peut être saignant. 

Mais c'est passionnant.

Depuis janvier j'ai publié sur le blogue familial des lettres échangés entre mes grands-parents qui s'étaient fiancés  en 1914, à la date exacte de chaque lettre. Sachant qu'ils se marieraient en mai et que mon grand-père serait tué en novembre de la même année, c'est émouvant... et on a l'impression que c'était hier...

Je blogue donc toujours... malgré les apparences ! 

lundi, 03 février 2014

Comme un lundi...

1779912_10152271848822642_1044086527_n.jpg

mercredi, 01 janvier 2014

Bonne année 2014

Dimanche 1er janvier

Jour de l'an

Est-ce bien la brise légère qui fait trembler l'eau du lac, ou n'est-ce pas plutôt la vieille coque du voilier bleu, engravée du côté des ajoncs ? Cette soudaine éclaircie dans le sombre du jour, la doit-on au soleil qui perce le silence ou à l'arbre nu dont les branches mortes un instant s'écartent, pour discrètement faire place à un pays plus lumineux ? Et les cailloux blancs, sur le bord du chemin, qu'attendent-ils si patiemment qui ne soit fervente promesse de lointains voyages ?

IMGP0869.JPG

C'est à force de mépris pour toutes ces choses insignifiantes d'apparences que nous sombrons dans la folie de l'immédiatement efficace. Vivre requiert alors des tempêtes évidentes, des canicules féroces et des routes sans cailloux, vite tracées à travers plaines et montagnes. Au reste nous n'accordons un seul regard, pressés de l'inscrire au calendrier du temps perdu.

C'est à force de mépris que toutes  ces choses insignifiantes d'apparences que nous sombrons dans la folie de l'immédiatement efficace. Vivre requiert alors des tempêtes évidentes, des canicules féroces et des routes sans cailloux, vite tracées à travers plaines et montagnes. Au reste nous n'accordons un seul regard, pressés de l'inscrire au calendrier du temps perdu.

Au coeur de quelques-uns seulement, l'impérieuse nécessités des choses inutiles d'elle-même s'impose. Ils veillent ; soupèsent l'impondérable et protègent l'éphémère. Ils savent trop, au fond de leur désespoir tranquille, comment s'écroulerait soudainement le monde une fois supprimé tout ce qui ne sert à rien.

Pierre Autin-Grenier

 "Les Radis bleus" 

 

À l'ami PAG

plus particulièrement cette année

je souhaite Joie, Santé et Sérénité.

Avec toute la fidélité de mon amitié.

Mais aussi bonne année à tous...