Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 25 juillet 2016

Baptême anglais

DSC01753.JPG

Demain, embarquement pour l'Angleterre où va avoir lieu le baptême d'Hector notre petit-fils de dix-huit mois. En Albion m'a dit une amie. La famille anglaise est très sympathique mais ce sera compliqué. Les grands-parents de ma belle-fille ont voté le Brexit... Et nous serons les seuls français,  donc obligation de parler anglais... Enfin ce sera pour un jour seulement. Mais si je me débrouille plutôt bien pour parler j'ai beaucoup de mal à comprendre. Là je compte sur Roso qui comprend mieux que moi, oreille de musicien sans doute.

Ceci dit nous serons près de Stradford, la ville de Shakespeare, une ville très agréable au bord de la rivière.

lundi, 18 juillet 2016

Mon père, vétérinaire rural

Numériser.jpegMon père était vétérinaire rural, il a exercé seul durant toute sa carrière. Pour sa génération il n'y avait pas encore d'associations et les premières cliniques vétérinaires commençaient à apparaître en ville.

Il s'est installé en 1943 dans le village de son enfance en Haute-Savoie. C'était encore un petit village. Il ne soignait pas les chiens et encore moins les chats. Quand un chien était trop vieux ou malade on l'achevait d'un coup de fusil. Mon père aimait énormément son travail surtout pour la relation avec les paysans qu'il conseillait pour l'élevage, l'agriculture et même l'éducation des enfants.

Pendant les vacances scolaires il nous emmenait dans ses tournées, ma soeur et moi.

Je me souviens plus particulièrement de l'hiver, de l'ambiance chaude de l'étable quand il gelait dehors. Les mamelles gonflées des vaches me fascinaient comme la dextérité des doigts de la fermière qui faisait gicler le lait car la traite se faisait encore à la main.

Mon père s'attardait toujours avant de prendre congé, buvant un café ou un verre de sirop de cassis l'été.

Une fois il lui est arrivé de sauver un nourrisson. Les paysans, préoccupés par l'état de leur vache, n'avaient pas vu que le bébé se déshydratait et risquait la mort. Mon père les avait alertés et conduits chez le médecin. Mais  il y avait des visites que je redoutais, c'était celles à l'abattoir où il contrôlait la viande. C'était froid, nu et ça sentait le sang. Une fois j'avais failli vomir à la vue de viscères accumulés dans un coin à même le sol. J'étais partie en courant et mon père m'avait traitée de petite nature. En revanche je n'ai jamais assisté à des castrations de taureaux, c'était réservé à mes frères.

Mon père travaillait tout le temps, il faisait des visites même le dimanche sauf à l'heure de la messe qui était sacrée, autant pour lui que pour ses clients. Il ne prenait jamais de vacances. L'été il avait un peu de temps libre l'après-midi quand les paysans étaient dans leurs champs. Le travail arrivait le soir, à l'heure de traire on découvrait qu'une vache n'allait pas bien ou se préparait à véler difficilement. Mais l'après-midi nous allions nous baigner au lac puisque nous habitions  près du lac Léman.

C'est ma mère qui tenait comptes et registres et passaient les commandes pour les médicaments. Car le vétérinaire est aussi pharmacien. Ma mère vendait les médicaments les plus courants que les clients connaissaient et réclamaient comme celui pour la mammite, cette infection de la mamelle -on disait les trayons- fréquente chez les vaches laitières. Les clients venaient à la maison, dans le bureau, pièce qui bénéficiait d'une entrée indépendante. Mais pas question pour ma mère de tenir un chien si d'aventure une estivante venait faire soigner le sien. Elle avait peur des animaux et les exécrait, mon père devait se débrouiller seul.

Le plus difficile pour lui c'était quand même les vélages de nuit. Mon père était un gros dormeur et quand il devait partir dans la nuit d'hiver véler une vache en montagne, quelle épreuve...la sonnerie du téléphone ou de la porte me réveillait et je l'entendais râler , ma mère l'accompagnant de paroles apaisantes.

Le vétérinaire était à cette époque un personnage important comme l'instituteur et le curé. De lui dépendait la subsistance d'une famille. Perdre une vache bonne laitière et en capacité de se reproduire pouvait entraîner la pauvreté.

 

 

lundi, 23 mai 2016

Quand est-ce qu'on s'y met ?

Pour Organza...

Quand je serai vieille, je m’habillerai de mauve
Je mettrai un chapeau rouge qui jure avec ma robe
Je dépenserai ma pension en cognac et en gants de dentelle
En sandales de satin et je dirai que
Nous n’avons pas les moyens d’acheter du beurre

Je m’assoirai sur le trottoir quand je serai fatiguée
Je tirerai les sonnettes d’alarme
Je ferai courir ma canne sur les barreaux des clôtures
Je rattraperai le temps perdu quand j’étais jeune et sérieuse

Je sortirai en pantoufles sous la pluie
Je cueillerai des fleurs dans les jardins des autres
J’apprendrai à cracher très loin
Mais peut-être devrais-je m’exercer un peu avant
Afin que mes amis ne soient pas surpris et choqués
Quand tout à coup je serai vieille
Et que je m’habillerai de mauve

Rose in the afternoon, Jenny Joseph, 1963

vv7.jpg

 

mardi, 26 avril 2016

Le poète pisse dans son violon (suite)

Littérature et poésie

 

images-1.jpg

 

 

"Littérature contemporaine : "Ici on apporte

 son manger."

 

"Le veau est une viande qui se laisse

trop facilement influencer par les sauces,

certains écrivains de même."

 

"Tout poète se trouve

quotidiennement confronté à

l'urgence de l'inutile."

 

"Se promener nu dans la  littérature

est un plaisir sauvage."

 

 Pierre Autin-Grenier

"Le poète pisse dans son violon"

 

 

jeudi, 14 janvier 2016

La mort de Victor Hugo

image.jpg

Continuons avec Victor Hugo.

Judith Perrignon, journaliste, a publié ce livre " Victor Hugo vient de mourir" qui relate l'événement phénoménal que fut la mort puis l'enterrement de Victor Hugo. 

C'est un livre de journaliste, qui s'attache à rendre le caractère exceptionnel de l'événement plutôt qu'un roman, les personnages appartiennent à l'Histoire, et la fiction est quasiment absente sauf dans le ressenti des uns ou des autres.

L'événement a marqué cette fin du XIXÈME siècle, non seulement par l'immense notoriété du personnage mais aussi parce qu'il fut l'occasion d'un acte fondateur de la République à savoir la restitution de l'Eglise Sainte  Geneviève à l'état qui en fit le Panthéon.  

E n cette fin du mois de mai 1885, toute la famille est réunie autour du grand-homme qui est à l'agonie. Il a 83 ans. Impossible intimité, les bulletins de santé sont promulgués régulièrement à la foule massée devant sa porte. Victor Hugo n'appartient plus à sa famille, à ses petits-enfants qu'il adorait. On peut même se demander s'il n'est pas dépossédé de sa mort.

Victor Hugo appartient à la nation.

Quelle était la nation à cette époque ? C'est la troisième république, proclamée par Gambetta par Napoléon III qui avait exilé le poète. On est quelques années après la Commune, écrasée dans le sang. Victor Hugo n'a pas soutenu la Commune mais défendu l'amnistie pour les communards. C'est donc une république bourgeoise, qui a permis des avancées -liberté de la Presse, Lois Jules Ferry-et anticléricale. 

Le lendemain de la mort de Victor Hogo se déroule au Pére Lachaise une manifestation de révolutionnaires qui rencontre une forte répression policière. On compte les morts.

Leur chef est un certain Maxime Lisbonne, qui avait été envoyé aux travaux forcés en Nouvelle Calédonie, a été gracié et se retrouve opposant au gouvernement. 

Lisbonne et ses amis représentent le premier problème qui se pose au gouvernement chargé d'organiser le défilé des funérailles. 

Autre composante à risques  : les Anarchistes. Groupe politique très redouté à l'époque. 

Tout ce beau monde veut défiler avec ses drapeaux, les rouges et les noirs. Interdiction formelle de la police. 

Autre composante : les bourgeois. Eux n'appréciaient pas le poète jugé trop à gauche. Mais ils le revendiquent. On se met en quatre pour obtenir de la famille une lettre d'accréditation afin d'avoir une place en vue dans le défilé ou on loue à pris d'or un balcon sur le passage du convoi. 

Ainsi est organisé ce défilé, chacun à sa place en fonction du groupe dont on se reconnaît. 

Reste le peuple. Le peuple se retrouve lui, place de l'Etoile ou est exposé le gigantesque sarcophage. Et il rend hommage à sa manière, à travers une nuit de sombres bacchanales. Cela dure plusieurs jours...

Les funérailles de Victor Hugo, les plus imposantes jamais organisées à Paris, ont réuni deux millions de personnes.

dimanche, 03 janvier 2016

Nostalgie

" Pour  un flirt avec toi je ferais n'importe quoi..."

c'est le début d'une des chansons les plus célèbres de Michel Delpech qui vient de nous quitter.

nous sommes sans doute nombreux à l'avoir en tête ce matin.

Une chanson légère qui porte en elle toute l'insouciance de notre génération et de l'amour dans les années 70. 

Le flirt ça n'engageait pas et ça n'allait pas toujours jusqu'au 

"petit tour au petit jour entre tes draps".

une sorte d'entraînement à l'amour en quelque sorte. Une préparation. 

Pour ma génération le flirt c'était "avant" la relation amoureuse sérieuse et engagée. 

Aujourd'hui le mot ne s'emploie plus.

Peut-être parce que cette relation serait devenue la seule relation amoureuse normale, banalisée. 

D'où la nostalgie quand surgissent ainsi certains mots de notre jeunesse qui nous renvoient à une époque vraiment disparue.

mardi, 01 septembre 2015

Ma mère

 

"Aujourd'hui,maman est morte.Ou peut-être hier, je ne sais pas."

Incipit de "L'étranger" d'Albert Camus.

Je savais qu'un jour je devrais parler de ma mère… Mais j'attendais. Le jour est venu. Mieux en parler pour mieux l'enterrer.

voilà qui est fait.

ce fut curieux mais il fallait s'y attendre. En 48 heures nous avons vécu un siècle d'évolution de rites funéraires... Correspondant à l'originalité de mes parents.

Ma mère a fini ses jours dans une maison de la fraternité Saint Pie X, cette tendance ultra intégriste du catholicisme. 

Pourquoi  ? Cela restera à jamais, pour nous ses huit enfants, un grand point d' interrogation. Une zone obscure dans laquelle je ne cesse de chercher me cognant chaque fois à d'improbables raisons.

Elle a passé 15 ans dans cette maison où elle est entrée encore en forme. Elle y est morte lucide et sereine après une année d'affaiblissement, de souffrances physiques et morales.  Bien soignée et bien entourée. Elle avait choisi mais ce choix l'a coupée de ses enfants. Elle a voulu finir sa vie avec des gens qui partageaient ses convictions. Choix que nous avons respecté, même si ce fut difficile.

et cette question qui nous reste : pourquoi ? Pourquoi mes parents se sont-ils laissés entraîner dans l'intégrisme alors que rien dans leur milieu sociologique ne les disposait à cela. Ils étaient tout deux issus de familles d'insituteurs laïcs. Des familles non pratiquantes mais où on ne bouffait pas de curé. Tous deux étaient donc des convertis. 

Jeunes ils appartenaients pourtant aux tendances plutôt progressistes du catholicisme. Ma mère après la guerre et avant son mariage militait dans l'action catholique et mon père lisait Témoignage chrétien. 

Difficile de dire quand et pourquoi ils ont basculé.

nostalgie de passé ? Sentiment d'être dépassé par leur famille nombreuse : trois filles et six garçons. Fragilité accentuée à la mort d'un de mes frères, sans doute un suicide mais sans qu'on en ait eu la certitude ? 

L'enfermement dans l'intégrisme est venu progressivement jusqu'à la rupture avec l'Eglise. 

Et voilà elle est partie durant cette belle journée de juin. 

Sur place nous avons eu une cérémonie en latin ultra-passéiste dont la rigueur a été compensée par la une atmosphère d'amitié chaleureuse qui nous a étonnés. Puis le lendemain, dans notre petit cimetière de Haute-Savoie une cérémonie souvenir à notre manière, pour expliquer   aux gens du village ces quinze ans d'absence. 

Point final le soir autour de la piscine  de ma sœur.