Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 15 mars 2014

Où est passé le nain jaune ?

Retour d'une semaine en Haute-Savoie et en famille... Famille élargie d'ailleurs, huit enfants pour sept adultes. 

Du ski bien sûr -plus pour moi !- mais aussi de "l'avant" et de "l'après" ski... Jusqu'à cette année, l'occupation de ces temps était assez rituelle : un peu de devoirs scolaires, à doses homéopathiques, les douches et surtout les jeux de société.

Aux dernières vacances passées ensemble, à Toussaint ce n'est pas vieux,  le jeu de société qui avait triomphé était le nain jaune. Jeu ancien et intergénérationnel, inventé en Lorraine en 1760.

Cette année, plus de nain jaune ni d'autres jeux de société d'ailleurs. 

Si  les parents ont sauvegardé les séances scolaires, les jeux de société ont été remplacés par les "tablettes" dans les chambres. Certes tranquillité pour les parents auxquels, nous, les vieux, nous ne nous sommes bien gardés de faire des remarques, mais

quelle tristesse ! 

280px-Nain_jaune.jpg

mercredi, 01 janvier 2014

Bonne année 2014

Dimanche 1er janvier

Jour de l'an

Est-ce bien la brise légère qui fait trembler l'eau du lac, ou n'est-ce pas plutôt la vieille coque du voilier bleu, engravée du côté des ajoncs ? Cette soudaine éclaircie dans le sombre du jour, la doit-on au soleil qui perce le silence ou à l'arbre nu dont les branches mortes un instant s'écartent, pour discrètement faire place à un pays plus lumineux ? Et les cailloux blancs, sur le bord du chemin, qu'attendent-ils si patiemment qui ne soit fervente promesse de lointains voyages ?

IMGP0869.JPG

C'est à force de mépris pour toutes ces choses insignifiantes d'apparences que nous sombrons dans la folie de l'immédiatement efficace. Vivre requiert alors des tempêtes évidentes, des canicules féroces et des routes sans cailloux, vite tracées à travers plaines et montagnes. Au reste nous n'accordons un seul regard, pressés de l'inscrire au calendrier du temps perdu.

C'est à force de mépris que toutes  ces choses insignifiantes d'apparences que nous sombrons dans la folie de l'immédiatement efficace. Vivre requiert alors des tempêtes évidentes, des canicules féroces et des routes sans cailloux, vite tracées à travers plaines et montagnes. Au reste nous n'accordons un seul regard, pressés de l'inscrire au calendrier du temps perdu.

Au coeur de quelques-uns seulement, l'impérieuse nécessités des choses inutiles d'elle-même s'impose. Ils veillent ; soupèsent l'impondérable et protègent l'éphémère. Ils savent trop, au fond de leur désespoir tranquille, comment s'écroulerait soudainement le monde une fois supprimé tout ce qui ne sert à rien.

Pierre Autin-Grenier

 "Les Radis bleus" 

 

À l'ami PAG

plus particulièrement cette année

je souhaite Joie, Santé et Sérénité.

Avec toute la fidélité de mon amitié.

Mais aussi bonne année à tous...

mercredi, 25 décembre 2013

Noël

Puer natus est


Dans la paix tiède de l'étable

Bêtes et gens se sont tus.

Le silence écoute le silence.

L'obscurité tend l'oreille à la nuit.


Le temps s'est installé

Bien au chaud

Pour quelques heures sans histoires.

Le sommeil exorcise

L'attente inquiète du jour.


Les pleurs d'un nouveau-né

Viennent

Tout à coup,

Importuner la nocturne routine.

Les choses sont ainsi faites :

C'est en pleurant

Que l'homme découvre le monde.

Le rire viendra plus tard,

Plus tard aussi,

Le regard enfin rassuré et confiant.


On posera l'enfant

Sur un petit tas de paille fraîche

Et le silence

Á ce moment là,

Saura ce qu'il veut dire.


J'ai pleuré ma vie

Moi aussi

En son temps

Et ne suis vraiment né

Que devant le sourire de ma mère!


samedi, 07 décembre 2013

Merci Alsa

Merci Alsa d'être revenu et d'y avoir pensé...

 

jeudi, 30 mai 2013

Théorie du genre

canstock11832667.jpgUne page de polémiques, celle contre le mariage des homosexuels, semble tournée... Mais comme on ne peut rester, dans notre bon pays de France sans un objet de controverse, voilà qu'on risque de s'attaquer à une théorie dont je ne suis pas sûre de connaître les tenants et les aboutissants : la théorie du genre.

Je livre donc au dossier cette remarque, ô combien enrichissante, proférée par ma petite-fille hier mercredi, jour des grands-parents.

Alors qu'elle nous racontait tous les événements de sa classe de CM2, elle en est arrivée à nous parler de son voisin de table.

"Il est pénible car il parle tout le temps : c'est un vrai pipelet."

Très pédagogique, son grand-père la reprend en lui faisant remarquer que "pipelette" était un nom toujours féminin.

Étonnement de la demoiselle.

Et pourquoi papi ?

Silence embarrassé du papi : c'est comme ça, on ne sait pas pourquoi... 

Et pourtant ! Vérification faite, "pipelet" existe bien au féminin mais dans son sens étymologique : celui de concierge... 

La mise à jour  sera pour mercredi prochain ! 

samedi, 25 mai 2013

Comme il va nous manquer...

Même si on ne l'entendait plus, comme il va nous manquer... Encore un pan de notre jeunesse qui s'en va !


vendredi, 24 mai 2013

Le temps du grand Georges...

Georges Moustaki c'est d'abord un souvenir personnel puisque c'est l'accompagnement de ses chansons que Roso grattait sur sa guitare quand je l'ai connu... en 1968. Notre préférée n'est d'ailleurs pas Le Métèque mais "Ma Liberté." J'aime aussi beaucoup "Le temps de vivre". Pour moi elle représente l'esprit soixantehuitard tant décrié aujourd'hui, le vrai...

À Cîteaux, il y a le silence mais aussi le temps d'une qualité particulière. Les journées sont pourtant bien remplies et pourtant  on vit avec lenteur, dans le calme, sans s'encombrer de tout ce qui nous  bouscule dans la vie quotidienne... 

Le temps de vivre... Pour Doume qui devrait le retrouver bientôt...