Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 15 septembre 2012

Le tin derri (Arrière-saison)

C'est le temps de paix qui suit la récolte. On peut s'asseoir sur le vieux banc sans appréhension pour le lendemain, laisser son esprit aller où il veut, contempler la montagne sans avoir à y deviner les prémices de l'orage, se donner au vent qui tout à coup s'est fait sage, comme s'il voulait s'excuser d'avoir tant fait de peur que de mal.

 

-Tu viens te coucher ? dira la femme.

- Attends un peu !

A-t-elle bien compris que dans le soir qui tombe, un corps endolori s'abandonne ?Il faut ne rien dire , ne rien penser, ne rien répondre... Le chaume ne regrette pas ses épis, l'arbre ne souviendra bientôt plus de ses feuilles... L'oiseau lui-même s'est tu : il sait, lui, que le moment est court entre l'été et l'hiver, qu'il faut savourer ce moment béni où on peut être personne pour une fois, fermer les yeux sans dormir, écouter sans entendre, être fou avec lucidité, ivre sans boire, heureux sans joie, amoureux sans amour...

 

 

Bernard-Dominique Lacroix

 

Meule-de-Foin-A2.jpg


lundi, 03 septembre 2012

Dans la famille G., le petit-fils...

accordéon

Après Madame G., j'évoque son petit-fils... Marc Berthoumieux qui porte très haut la musique de l'accordéon et l'a sortie de son ghetto populaire considéré ringard par certains...Pour ceux qui ne le connaissent pas, je vous invite à l'écouter.

Ressemblance certaine avec sa grand-mère... L'inoubliable Madame G.


jeudi, 02 août 2012

Sorti du grenier...

L'été est propice au rangement, au tri... Je jette facilement mais Roso renâcle : il conserve, c'est le roi des archives... Aujourd'hui il a extirpé du grenier des dossiers poussiéreux dans lesquels j'ai retrouvé des copies d'élèves que j'avais conservées... C'était en juin 1974, dans une classe de seconde et je devais quitter l'établissement en fin d'année... Motif  sans doute de cet archivage sentimental. Une classe dont je me souviens comme ayant été très agréable. J'ai parcouru ces textes d'élèves du 17 juin, sujet libre sans doute et j'avais dû demander aux intéressées de recopier elles-mêmes leurs écrits car il n'y a pas d'annotations. Ecritures d'adolescents, pour la plupart sympathiques mais sans plus. L'un de ces textes  m'a amusée et que je vous livre... 

"Ils sont là, tous assis derrière un bureau

la tête appuyée sur la main, le regard rêveur

ils suivent le cours

le cours de la rivière ou

le cours de leurs pensées.

Ils regardent sans voir

écoutent sans entendre.

Lui continue de parler

content puisqu'ils sont silencieux.

Il parle, il démontre, il affirme.
Mais eux ne sont déjà plus là

ne sont plus enfermés entre ces quatre murs.

Et ces bureaux n'existent plus.

Chacun rêve à quelque chose

de plus profond, de plus merveilleux 

que cette pièce carrée.

Certains regardent des images sur le mur.

Le professeur fait un signe

que chacun revienne sur terre.

Mais ils sont trop loin

ils ne l'entendent plus.

Une seule chose peut arrêter leur voyage

aussitôt ils seront sur terre,

c'est la cloche.

Cette cloche ! La seule voix

qui leur fait plaisir

qui les enchante."

L'auteure : Brigitte L... dont je n'ai aucun souvenir, ni le nom ni le visage ne me reviennent en mémoire. Sans doute une de ces élèves silencieuses qui s'ennuient poliment.

 Qu'est-elle devenue ? Elle doit avoir passé la cinquantaine...Quelle femme a-t-elle été ?

 

10048847-enfants-etudiants-s-39-ennuient-a-l-39-ecole-en-classe-un-bureau-avec-tableau-noir.jpg


lundi, 02 juillet 2012

Lecture de vacances

51Gs0L2Kl3L._SL500_AA300_.jpgA priori j'ai une certaine méfiance vis-à-vis des livres à succès et je n'aurais peut-être pas lu "Rien ne s'oppose à la nuit" de Delphine de Vigan si on ne me l'avait  pas offert. 

J'ai été conquise.

Ce n'est peut-être pas un grand livre mais c'est  un roman très touchant et  profondément humain.

Une histoire de famille de plus... Certes, un peu trop au goût du jour mais l'art de l'auteure est de nous impliquer très fortement.

Delphine de Vigan raconte l'histoire de sa mère, en commençant par son suicide, pour reconstituer toute sa vie. Quelle est la part de fiction ? La question nous effleure mais sans doute vaut-il mieux ne pas se la poser. À travers une vie douloureuse, on remonte aux sources de la maladie mentale avec sa part d'hérédité, de circonstances  familiales, de faits de société...Comment peut-on s'en sortir quand on en est la fille ? Par l'écriture vraisemblablement.

Ce qui m'a surtout intéressée dans cet ouvrage c'est le parcours de cette baby-boomeuse, puisque le personnage est de ma génération, avec la force vitale qui la caractérise mais aussi  les faiblesses, les ruptures que nous avons connues.

Je suis née dans une famille nombreuse et j'ai retrouvé l'atmosphère propre aux grandes fratries même si la mienne était aux antipodes de celle du roman.  Il y a des constantes par delà les milieux sociaux ou culturels.

La famille peut être toxique ...car elle est source de vie. À l'occasion du festival de cinéma auquel j'ai assisté début mai, j'ai entendu Michel Farin affirmer  ceci : "la famille est le lieu de toutes les violences car elle est à l'origine de la vie". C'est précisément ce que ce livre vérifie. La famille idéale, la famille modèle n'existe pas...

En tout cas un livre  pour les vacances mais je pense que beaucoup d'entre vous le connaissent déjà ! 

lundi, 09 avril 2012

Le virtuel... quelle histoire !

Nous avons passé le week-end pascal avec notre plus jeune fils qui travaille dans l'informatique. Plus exactement dans l'entreprise allemande SAP... Chaque fois il nous faut constater combien, son père et moi, sommes largués... Mais il est gentil et patient avec ses vieux parents et prend la peine d'expliquer... À son père qui a travaillé sur des chantiers industriels il décrit les chantiers virtuels : un chantier virtuel c'est un chantier comme un autre avec ses ingénieurs, ses techniciens, ses maîtres d'oeuvre... J'ai du mal je l'avoue ! Quand mon mari me parlait des vannes qu'il commandait pour ses constructions je me représentais la chose mais le chantier virtuel... Et comment penser quand je choisis mon format PDF avant d'envoyer un document, qu'en fait j'utilise un produit de l'entreprise Adobe (on prononce adobi), une multinationale qui emploie des milliers de personnes dans le monde entier... Pour moi ce n'est qu'une fonction de mon ordinateur comme la position "coton" sur mon fer à repasser...

Bref, vraiment, dépassée...

jeudi, 22 mars 2012

Ils étaient deux frères...

Aujourd'hui on a enterré à Meyzieu, près de Lyon, le caporal Mohamed Legouad assassiné par Mohamed Merah, quelques heures après que son meurtrier a lui-même trouvé la mort.

Ils portaient le même prénom

ils avaient exactement le même âge, 23 ans.

Tous deux avaient grandi dans une cité,

issus tous deux de familles d'émigrés,

ils pratiquaient la même religion

ils étaient frères. 

À nouveau Caïn a tué Abel,

à nouveau deux frères s'entretuent

comme Étéocle et Polynice pour la conquête de Thèbes.

Mais aujourd'hui nous n'avons pas Eschyle pour nous aider à prendre de la hauteur et à comprendre ce qui se joue dans la tragédie de deux frères qui s'entretuent. Deux destins qui ont bifurqué différemment. Sans doute à l'adolescence. Pour avoir enseigné à des garçons adolescents pendant quinze ans, je sais combien, plus que les filles, ils sont fragiles et influençables, pour le meilleur comme pour le pire. Celui de Meyzieu a rencontré le meilleur. La presse locale dit de lui qu'il avait été très impliqué dans son club de foot. L'autre n'a peut-être pas eu cette chance. 

Aujourd'hui, face à la tragédie et aux règles cruelles du Destin, nous n'avons que polémiques, ragots et récupération politique.

v9tpn2op.jpg

 

Quelques secondes peut-être pour se recueillir loin du brouhaha médiatique avec ce très beau Psaume.

 Psaume 40,7-11.

Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, tu as ouvert mes oreilles ; tu ne demandais ni holocauste ni victime,

alors j'ai dit : « Voici, je viens. « Dans le livre, est écrit pour moi
ce que tu veux que je fasse. Mon Dieu, voilà ce que j'aime : ta loi me tient aux entrailles. »

J'annonce la justice dans la grande assemblée ; vois, je ne retiens pas mes lèvres, Seigneur, tu le sais.

Je n'ai pas enfoui ta justice au fond de mon coeur, je n'ai pas caché ta fidélité, ton salut ; j'ai dit ton amour et ta vérité à la grande assemblée.

 

lundi, 19 mars 2012

Printemps du cinéma avec Elena.

top_home_image.jpg

La pluie et le tarif réduit du Printemps du cinéma m'ont empêchée d'assister à la séance que j'avais programmée pour voir Elena ce dimanche après-midi : la salle du Comoedia était déjà comble et il m'a fallu revenir à la séance suivante. Beau succès pour ce cinéma indépendant que les grands groupes avaient essayé de faire chuter en 2007. J'ai relu d'ailleurs avec plaisir les commentaires sur ma note de cette époque... 

Bien que l'auteur Andrey Zvyagintsev, soit russe, l'histoire pourrait être universelle même si sa résonance est peut-être différente dans le contexte russe. 

Une femme d'un certain âge vit avec un homme très riche alors qu'elle est issue d'un milieu très modeste auquel appartient la famille de son fils confrontée aux difficultés financières. L'homme riche a lui-même une fille, entretenue par papa, qui sait juste jouer auprès de l'auteur de ses jours -car il n'est rien d'autre pour elle- qu'une comédie suffisante pour obtenir son argent... et cela réussit puisque le riche vieux mari projette de déshériter sa femme au profit de sa fille.

D'habitude je n'aime pas trop faire de différence entre "le fond et la forme" mais je dois dire à propos de ce film que j'ai été émerveillée par la façon de filmer de  Andrey Zvyagintsev. Un cinéma comme on n'en voit plus assez souvent. Des images à la fois sublimes, dépouillées, sobres mais aussi très réalistes. Des clairs-obscurs, des portraits splendides : tout est mis en oeuvre pour sublimer une héroïne, magnifique d'humanité même si elle commet l'irréparable...

De même une organisation narrative très efficace. Le schéma narratif est réduit à l'essentiel de l'action, les dialogues minimalistes. Le film en est donc d'autant plus percutant.

Mais il faut saluer surtout l'interprétation absolument exceptionnelle de l'actrice Nadejda Markina qui crée un personnage superbe et très émouvant. On peut l'analyser d'un point de vue sociologique, celui d'une femme dépassée qui perd ses valeurs morales dans une Russie où règne le cynisme...

Impossible pour moi de la réduire ainsi car le réalisateur et surtout l'actrice, donnent au personnage une impressionnante   intériorité  : c'est une femme muette, au service de son mari et de sa famille, qui se trouve tellement écartelée qu'elle en arrive au crime. Dans l'adversité, elle fait preuve d'une détermination qui prend le spectateur par surprise.

Elena, c'est une  mère emblématique prête à tout pour défendre sa famille. Un personnage éternel autant qu'universel. 

1524064_3_d9aa_une-scene-du-film-russe-d-andrey-zvyagintsev.jpg