Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 février 2008

Renoncement

Les listes fleurissent sur les blogues, alors pourquoi pas.
Occasion de faire le point ou petite réflexion après une ou deux journées alitée.
Pour moi ce sera ma liste de renoncements, des plus petits aux plus sérieux.
Question d'âge sans doute.
C'est vrai que cette année j'aime dire que j'appartiens à la génération de 68, mais autant j'en assume l'héritage, autant je mesure que notre génération, qui a pu ressentir des sensations de toute puissance, peut être celle qui aura du mal à lâcher prise.
Voilà pourquoi ma liste aujourd'hui sera celle des lâcher-prise.

-1 Je ne porterai plus de mini-jupe et j'ai jeté ma dernière jupe en taille 38, je ne rentrerai plus jamais dedans.
-2 Je ne changerai plus de métier puisque je ne "travaillerai" plus. fantasme récurrent pourtant : m'imaginer que je pourrais avoir une autre expérience professionnelle. A l'âge de 40 ans, j'avais même fait un bilan de compétences pour m'entendre dire que j'étais faite pour ce boulot d'enseignante.
-3 Je n'apprendrai pas à piloter un avion. Autre fantasme récurrent depuis l'enfance où je rêvais de devenir Maryse Bastié. Il est revenu, le fantasme, quand un ami a réussi son diplôme de moniteur pour enseigner le pilotage... Mais j'ai compris que je n'avais pas envie d'investir tant d'heures, aussi bien pour le copain en activité que pour moi. Je me contenterai des quelques souvenirs de parachutiste avec une maigre initiation il y a plus de vingt ans.
-4 Je ne serai pas non plus la mère idéale que j'avais rêvé d'être et que j'étais sûre de devenir, mais une mère qui a fait des erreurs et connu des échecs.
-5 Je ne crois plus qu'on peut changer le monde, en tout cas sûrement pas moi.

vendredi, 08 février 2008

Absente

Cette fois ce n'est pas une panne informatique mais une vraie grippe.
Et comme je ne veux pas transmettre mes microbes, même virtuels...
J'espère que ça ira mieux le semaine prochaine.

mardi, 05 février 2008

Oubli

Je l'avais oublié dans mon inventaire de 2008.
Je n'en suis pas fière.
Il a 200 ans cette année, le plus célèbre des gones.


855ffd965d36ee8385e426c19231350a.jpg

dimanche, 27 janvier 2008

La première de l'année

On a beau être soixantehuitarde, ça n'empêche pas d'aimer certaines traditions
pour moi
les confitures.
Voici donc la première de l'année

3251730a7c2b14cd3824bd209d477bd8.jpg

la confiture d'orange.
C'est ma préférée, j'adore cette association d'amertume et de sucre.

Si vous l'aimez, elle est vraiment très simple à faire : voir la recette dans l'album.

jeudi, 24 janvier 2008

Vivement les vacances

Je viens de lire un manuscrit que Stéphane, un visiteur assidu, m'a envoyé pour relecture.
Il s'agit d'un roman, très autobiographique, sur sa triste expérience de chômeur. Le récit raconte avec une dérision plutôt désabusée le combat pour retrouver un emploi d'un jeune informaticien qui s'est fait licencier. L'auteur, amateur de science-fiction, n'hésite pas à introduire un personnage fantastique qui représente le Destin du chômeur. Destin ou la cruauté rejoint l'absurde.
C'est un texte touchant qui décrit avec beaucoup de finesse ce désarroi du chômeur, plein d'illusions naïves au début et qui se décourage peu à peu, se cognant à l'inefficace ANPE, subissant les discours de politiciens cyniques.
Bien sûr, nous croyons connaître, mais quand nous le vivons à travers ce personnage jeune, volontaire, qui fait exactement tout ce qu'on lui a toujours dit de faire, on ne peut qu'être saisi par un sentiment de révolte contre cette injustice tueuse.
La relation amoureuse même est difficile quand on est chômeur.
Stéphane va publier son récit à compte d'auteur mais j'espère qu'il trouvera des lecteurs et surtout conservera sa combattivité.

mardi, 22 janvier 2008

Ne l'oublions pas...

d413a67a037a52cc123ae16e47a293aa.jpg


Mais surtout n'oublions pas son combat...


1299c12ff3e33d53f413f9dfb6abffc5.jpg



Toute une vie consacrée à ceux dont la société ne veut pas....


6ef970ee2a3dd01b52a5a15d3ab46a43.jpg

jeudi, 10 janvier 2008

L'hiver reprend ses droits

Il faut quitter les sables chauds de Mauritanie où je n'ai pas eu d'ailleurs, comme dans la chanson, le plaisir de rencontrer un beau légionnaire et retrouver l'hiver.


Solitude


L'hiver est là, partout, sur le toit, sur le lierre,
Aux marches du perron, assis sur le vieux banc,
Il effraie mes volets, badigeonne de blanc
La fenêtre où le froid cisèle des fougères.


Je suis là, moi aussi, près d'un feu qui frissonne,
A me mordre les doigts, à compter mes regrets.
J'ai fermé le piano, plié le chevalet.
A qui rêver ? De quoi ? Quand on n'aime personne !


J'ai beau chanter, prier, secouer les apôtres,
Ma solitude dure et si ça continue,
J'aurai pour réchauffer mon vieux coeur de laitue
Qu'un verre de cassis chez la vieille d'un autre.


Bernard-Dominique Lacroix
Poète savoyard


La liqueur de cassis (maison) est une spécialité de ma région.