Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 24 mai 2016

Hier et aujourd'hui

20160520_155454.jpg

J'ai renouvelé mon abonnement à Hautetfort.

Chaque année la même impression d'un engagement, de signer un pacte.

Et pourtant je mesure que c'est plus difficile qu'hier.

La vie quotidienne prend le dessus, dévore ce modeste jardin de ses lianes et de ses herbes folles, étouffant les mots et l'écriture.

Il y a toujours urgence pour quelque chose ou quelqu'un.

Je m'agite trop sans doute.

Mais quand je me poserai, ne sera-t-il pas trop tard ?

lundi, 23 mai 2016

Quand est-ce qu'on s'y met ?

Pour Organza...

Quand je serai vieille, je m’habillerai de mauve
Je mettrai un chapeau rouge qui jure avec ma robe
Je dépenserai ma pension en cognac et en gants de dentelle
En sandales de satin et je dirai que
Nous n’avons pas les moyens d’acheter du beurre

Je m’assoirai sur le trottoir quand je serai fatiguée
Je tirerai les sonnettes d’alarme
Je ferai courir ma canne sur les barreaux des clôtures
Je rattraperai le temps perdu quand j’étais jeune et sérieuse

Je sortirai en pantoufles sous la pluie
Je cueillerai des fleurs dans les jardins des autres
J’apprendrai à cracher très loin
Mais peut-être devrais-je m’exercer un peu avant
Afin que mes amis ne soient pas surpris et choqués
Quand tout à coup je serai vieille
Et que je m’habillerai de mauve

Rose in the afternoon, Jenny Joseph, 1963

vv7.jpg

 

jeudi, 28 avril 2016

Qu'est-ce que la vie ?

Vu par Pierre-Autin Grenier

 

"Bonnes manières : quand tu baises

tu lèves la queue, quand tu bois

tu peux lever le coude."

"Les chemins de la gloire

sont balisés de crottes de chien."

 

"Assez sédentaire, je ne voyage

vraiment qu'au "Café des voyageurs."

 

"Tricycle ! Mobylette ! Mercédès !

Corbillard !

Amen".

 

"Très tôt j'ai compris que j'étais

comme les cerises

et que je me conserverais mieux et plus longtemps

dans l'eau de vie."

 

Pierre Autin-Grenier

"Le poète pisse dans son violon".

images.jpg

 

mardi, 26 avril 2016

Le poète pisse dans son violon (suite)

Littérature et poésie

 

images-1.jpg

 

 

"Littérature contemporaine : "Ici on apporte

 son manger."

 

"Le veau est une viande qui se laisse

trop facilement influencer par les sauces,

certains écrivains de même."

 

"Tout poète se trouve

quotidiennement confronté à

l'urgence de l'inutile."

 

"Se promener nu dans la  littérature

est un plaisir sauvage."

 

 Pierre Autin-Grenier

"Le poète pisse dans son violon"

 

 

lundi, 25 avril 2016

A la mémoire du poète

Cela fait deux ans que mon ami Pierre Autin-Grenier est mort...

Je viens de lire la réédition d'un tout petit recueil posthume de ses aphorismes.

De là-haut, il me réjouit très profondément.

AVT_Pierre-Autin-Grenier_4813-1.jpg

 

"C'est quand il n'y a rien à faire qu'il n'y a pas une minute à perdre."

 

"Si un beau jour tu décides de ne rien faire, alors il faut vraiment commencer tout d de suite, parce qu'après, il sera trop tard toujours jamais."

"Ne faire que des choses inutiles mais les faire bien."

"L'essentiel c'est d'échouer".

 

Pierre Autin Grenier

"Le poète pisse dans son violon."

lundi, 14 mars 2016

L'arbre du pays Toraja

JUnknown.jpeg'ai lu,  dès sa parution, "L'arbre du pays Toraja" de Philippe Claudel. Fan de ce romancier j'ai dans un premier temps été déçue. Rien à voir avec "Les âmes grises" ou le sublime et fascinant "Rapport de Brodeck". Lire un roman de Philippe Claudel c'était s'engouffrer dans une déferlante qui vous portait, vous roulait dans des abîmes et vous abandonnait sur une plage, complètement vidé après un dénouement qui vous avait achevé. 

Rien de comparable dans ce livre.

J'ai eu le sentiment, à la lecture, que l'auteur Philippe Claudel, qui durant cette décennie a plus tourné de films qu'écrit de livres, victime du cinéaste, avait disparu en tant qu'écrivain. Ultime tour de passe-passe du maître des dénouements époustouflants. 

J'ai eu l'occasion de parler du livre  avec une amie qui elle, au contraire,  l'avait beaucoup aimé.

Je suis donc revenue sur ce premier jugement.

Si on fait l'effort d'oublier le Philippe Claudel grand romancier il est indéniable que ce roman est intéressant.

C'est un récit de vie dans lequel il évoque, à l'occasion de la mort de son meilleur ami producteur de films, à la fois la mort, le deuil d'un ami et le monde di cinéma. Il dit lui-même dans un entretien "Le livre est un roman sur le cinéma. J'emploie des techniques de cinéma, de cadrage, de montage."

Il s'explique aussi sur la nécessité qu'il a ressenti d'aborder le sujet de la mort.

"A force de vouloir s'aveugler sur le fait que la mort est inévitable, on vit dans une inquiétude permanente."

J'espère juste qu'il retrouvera sa puissance d'évocation romanesque dans ses prochains livres.

mardi, 08 mars 2016

Vieux monsieur

Ce vieux monsieur qui me touche tant

je le rencontre régulièrement dans une église du centre de Lyon.

Un vieux monsieur, mais avec tellement d'allure, de classe… Cheveux ondulés argentés, d'une grande élégance.

Toujours seul et pourtant il se guide avec une canne blanche.

Je le vois s'approcher à petits pas vers l'escalier du métro, vêtu d'un manteau noir, avec un chapeau et une écharpe rouge.

Toujours silencieux et recueilli.

Serein, presque souriant. 

Mais vraiment seul.

J'aimerais savoir qui il est … Le connaître mais je n'ose l'aborder.

Il porte en lui à l'infini le  mystère et le romantisme, image d'un monde disparu.