Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 27 septembre 2010

Découvrir la viole de gambe...

Pierre Ulm vous invite...

Venez écouter,sur mon site Facebook,une fois de plus la belle mélodie "Greensleeves" à la viole de gambe par Jordi Savall,c'est bien entendu lumineux...

Mais comme tout le monde ne peut pas aller sur sa page Facebook, c'est ici...

jeudi, 02 septembre 2010

Rentrée scolaire avec un "génie"...

C'est la sixième rentrée scolaire où je reste chez moi.

Mais ce jour ne sera jamais un jour comme un autre ... Cette année ma petite-fille rentre en CP : grande émotion.

Au milieu des inévitables feuilles de marronniers médiatiques, j'ai décidé de faire ma rentrée avec un génie des mathématiques qui vit et travaille à Lyon, enseignant-chercheur à l'École normale supérieure de Lyon.

Cédric_Villani.jpgJ'ai eu le plaisir de l'entendre ce soir, interviewé  aux informations régionales.

On pourrait croire, en le voyant, au retour d'un poète romantique du XIXème siècle. D'ailleurs les matheux poètes, ça existe... On en rencontre sur le blogue d'Olivier Leguay. Cédric Villani, c'est lui, a obtenu à trente-six ans, la prestigieuse médaille Fields, prix Nobel des mathématiciens.

Mais ce jeune homme m'a surtout réconciliée avec les mathématiques, cette discipline ayant été la bête noire de ma scolarité. Dans sa tenue extravagante et pourtant habituelle chez lui, ce dandy qui semble sorti tout droit d'un film de Fred Burton, m'a séduite par la simplicité de son langage pour expliquer ses travaux. Il s'agit de la résolution d'une équation adaptée à la physique, étudiant, si j'ai bien compris, les rythmes ou fréquences des atomes qui se heurtent dans l'atmosphère "comme des boules de billard", dixit notre mathématicien. Un chercheur passionné, tout en retenue, souriant et détendu... Un vrai bonheur.

Il faut dire que ses parents étaient professeurs de Lettres...

 

1400891_7_1473_cedric-villani-mathematicien-francais-recoit.jpg

 

jeudi, 19 août 2010

Eloge de l'insécurité

" Faudrait se caler dans la tête, et une bonne fois pour toutes, que l'insécurité, c'est pire que la prostitution ; et que ça date même de bien avant la prostitution.

L'insécurité est née avec l'apparition du sexe, avec la venue du rythme, de la couleur, avec le mélange, c'est-à-dire le crime capital, la Faute, le péché originel. C'est dire que l'insécurité remonte à la nuit des temps, à l'apparition du vivant. Elle est inhérente à la condition humaine. Alors faut pas rêver ! L'insécurité est une affaire de sexe, et elle disparaîtra avec le sexe, avec l'Autre, l'altérité. Perspective qui ne relève plus du rêve, par les temps clonesques qui courent : c'est pour demain c'est-à-dire bientôt. Donc un peu de patience, et on n'entendra plus parler de l'insécurité ; encore moins de liberté, car il n'est pas de liberté sans altérité. Autrement dit, l'insécurité est consubstancielle à la liberté.

Quand l'Identité aura enfin retrouvé le moyen de se perpétuer sans le concours du sexe, alors la Différence, la liberté, l'insécurité, la spiritualité, l'art, le "con" et la langue disparaîtront ; le poète se taira à jamais..."

Marcel Zang

Libération du 18 août 2010

J'ai adoré ce texte !

mercredi, 18 août 2010

Un pays à double visage...

IMGP2337.JPG
Cette affiche publicitaire illustre pour moi la Turquie telle que je l'ai saisie pendant mon séjour de juin. Un pays à deux facettes, dynamique et moderne mais affichant sans complexe un retour à l'Islam traditionnel.
Autant de jeunes femmes comme celle à gauche sur l'affiche, libre et gaie.
Autant de jeunes femmes comme celle à droite. Foulard noué, comme on peut le voir, avec élégance. Ce qu'on  distingue mal sur la photo c'est la bande de tissu qui cache la racine des cheveux. Celles qui le portent l'accompagnent de vêtements longs, jupes longues ou pantalons et manteaux longs. Très coquettes malgré tout ces dames !
Durant tout mon séjour cette ambiguïté m'a intriguée. Difficile d'en saisir la raison... La religion ne semblait, par ailleurs, moins peser que dans certains pays musulmans que j'ai visités. Les Turcs sont plutôt décontractés, très accueillants... Ils entrent à la mosquée sans ostentation et ne prient pas en public. Pas ou peu de ségrégation entre hommes et femmes. Pas de doute, la laïcité reste dominante.
Alors pourquoi ?
J'ai trouvé la réponse dans un livre que j'ai lu dans l'avion du retour.
Il m'a été offert par un ami turc du beau-frère avec lequel je voyageais, un ami traducteur, parlant un français très pur... Parfaitement francophone et se disant francophile... oui mais...
Le livre qu'il m'a offert est une monographie d'un penseur turc mort, en 1960 qui semble très influent actuellement. À l'entrée d'une mosquée on m'avait remis déjà un opuscule le concernant en anglais.
79e03_18133.jpgIl est à l'origine d'un mouvement de pensée le "Risale-i Nur" ou "Traité des Lumières".
Contemporain de Mustafa Kemal (Ataturc), Said Nursî en a été un opposant et a fait de nombreux séjours en prison.
Il remet en cause la modernité occidentale née des philosophes du siècle des Lumières et de la Révolution française auxquels se référait Ataturc. Pour lui, ces philosophies athées ont abouti au matérialisme et à l'athéisme faisant le malheur des hommes. Il faudrait revenir aux vraies valeurs morales et humaines, celles de l'Islam. Il renvoie d'ailleurs dos à dos capitalisme et communisme considérant que l'Islam seul est une alternative à ces idéologies.
Très vraisemblablement cette pensée inspire bon nombre de dirigeants turcs actuels.
200px-MustafaKemalAtaturk_crop.jpg
Ataturc
Premier président de la Turquie

vendredi, 18 juin 2010

A bientôt

Demain je pars deux semaines en Turquie.

Je vous laisse avec un peintre coréen qui sera exposé durant tout l'été à la cathédrale de Lyon


Fils de calligraphe, Kim En Joong est né en 1940 à Booyo, en Corée du Sud. Il travaille à Paris depuis 1975. Ses toiles non figuratives, nourries de notions techniques neuves sur l'espace et la perspective, imposent un dépaysement, point de départ d'une quête du mystère divin. Il réalise les magnifiques vitraux de la Cathédrale d’Evry.



Kim En Joong_01

 

“L’Art abstrait n’existe pas, mes peintures ne sont pas figuratives, mais le sujet n’est pas une abstraction, l’essentiel de l’art, c’est la beauté”

 

 

11.jpg
À  la Cathédrale Saint-Jean de Lyon
du 28 Juin 2010 au 11 janvier 2011

 

 

mardi, 08 juin 2010

Passage à Alger

"Le vaisseau solitaire du passé..."

Le passé n'est pas solitaire pour mon amie de Blogue, Michèle Laurence que vous connaissez sans doute, et qui fait avec son fils un retour en Algérie pour retrouver ses racines, comme Yves l'an dernier.

De belles photos et de l'émotion sur son blogue.

C'est ici.

Le temps...

41GjDUdzePL._SL500_AA300_.jpg

L'encombrement actuel de ma vie ne m'empêche pas de lire même si je ne relate pas toutes mes découvertes actuelles. Une fois de plus je mesure l'intérêt du livre en tant qu'objet qui se glisse dans les interstices de notre existenece ce qui n'est pas le cas de l'ordinateur... En tout cas pour moi.

À ce jour,  je fais un retour à la littérature chinoise qui reste ma préférence...41oO3Gcv8YL._SL500_AA300_.jpg

Après le dernier ouvrage De Yan Lianke, "Songeant à mon père", je dévorerai sans nulle doute le dernier roman Shan Sa "La cithare nue" puis celui de  Qiu Xiaolong "Les courants fourbes du lac Tai".

Yan Lianke était à Lyon pour les Assises du Roman... auxquelles cette année je n'ai pas pu assister...

Cette petite phrase comme mise en bouche, plus particulièrement dédiée à Rony qui écrit beaucoup sur le temps.

"Le temps passe irrévocablement, le vaisseau solitaire du passé progresse au fil de l'eau, et les événements de ma jeunesse sont comme un faucon au maître disparu qui se dresse à la proue du navire." Yan Lianke

4115-CuNvjL._SL500_AA300_.jpg